SMAM - Syndicat Mixte pour l’Aménagement du Morbras
Connectez-vous S'inscrire
     

Achèvement de l'opération N°4 à Roissy-en-Brie



Destinés à conforter la berge dans un méandre, les travaux en cours de finalisation au niveau de l'avenue Paul Cézanne vont permettre de protéger le chemin piéton qui longe le Morbras.
La présence d'un mur en béton qui soutenait les rejets d'eau pluviale provoquait, depuis de nombreuses années, des érosions de berges juste en aval.
Avec le temps, la berge a reculé, mettant en suspend la pérennité du chemin situé en rive droite.

Les travaux ont permis la restauration de la berge et du cours d'eau grâce à des techniques de génie végétale, hautement résistantes aux forces d'érosion. La pose d'un "caisson végétalisé" intégrant les rejets d'eau pluviale est achevée. Les dernières interventions consisteront à planter des arbres et des plantes aquatiques (hélophytes) au cours des prochains jours.

Etat initial et nécessité d'intervention

Erosion de berge puis confortement en génie végétal en 2010 à la suite d'une crue
Erosion de berge puis confortement en génie végétal en 2010 à la suite d'une crue
En 2010, à la suite d'une crue importante du Morbras, l'effondrement d'une partie de la berge a rapidement menacé la pérennité du chemin.

Un soutènement en génie végétal temporaire, réalisé par les agents du Syndicat, a alors été mis en place. Malgré cette action, les forces d'arrachement devenaient trop importantes pour garantir la stabilité de cette berge dans la durée. Il a donc été décidé de prévoir, dans le cadre du Programme d'Aménagement du Morbras 2012 - 2014, une restauration de celle-ci, en génie végétal.

Le génie végétal est une technique employant des matériaux vivants (plantes, arbustes, arbres et sous-produits végétaux). Le but est de favoriser la stabilité et la résistance des berges par le développement du système racinaire des plantes.

Ce type d'aménagement est 3 fois plus résistant aux forces d'arrachement qu'un aménagement minéral (mur, gabion, etc.). Il permet également de dissiper l'énergie, grâce aux nombreuses branches qui, en se développant à proximité du cours d'eau, permettent de casser les vitesses d'écoulement lors des crues. L'autre atout de cette technique est la conservation d'une berge "naturelle" favorable à l'implantation d'une faune riche (insectes, oiseaux, etc.) et diversifiée.



Le projet de restauration - La pose d'un "caisson végétalisé"

Le projet visait à décaler le lit principal du cours d'eau en le réorientant vers sa rive gauche.

La technique du caisson végétal repose sur le principe du mille-feuille. Des couches successives de terre plantés de plançons (branches de saules, frêne, aulnes..) et maintenus dans un géotextile sont montés au sein d'une structure rigide faite de rondins de bois entrecroisés.

La reprise des plançons au Printemps et le développement du système racinaire va favoriser par la suite, la stabilisation de la berge.

Evolution du cours d'eau au fil des jours

Les photos suivantes montrent l'évolution du cours d'eau au fur et à mesure de l'état d'avancement des travaux. La première photo représente le cours d'eau quelques jours avant travaux et en dessous, l'état d'avancement quasi hebdomadaire.




Au premier plan, sur la gauche, un rejet d'eau pluvial inopérant depuis de nombreuses années à finalement été abandonné. Celui-ci n'a donc pas été intégré au caisson.



Le rejet d'eau pluvial en rive gauche (à droite sur la photo), qui récupère les eaux de la voirie toute proche, a été aménagé de manière à réduire les effets érosifs causés par la chute d'eau. Celui-ci a donc été accompagné par un empierrement en cascade qui permet une dissipation de l'énergie. Des hélophytes seront très prochainement plantées.

Outre l'aspect paysager que le développement des plantes va apporter à l'aménagement, il est fort probable que la présence d'hélophytes participe aussi à une forme d'épuration de l'eau avant rejet au Morbras.


Mercredi 4 Juin 2014